AUDITION ET TROUBLES AUDITIFS

Afin de présenter brièvement les différents types de pertes auditives, commençons par expliquer succinctement le fonctionnement de l’audition.

L’oreille est décomposée en 3 parties : l’oreille externe, l’oreille moyenne et l’oreille interne.

L’oreille externe : se compose du pavillon, du conduit auditif externe, et du tympan. Lorsqu’une onde sonore parvient à votre oreille, les molécules la composant viennent “taper” contre le tympan qui entre alors en vibration.

L’oreille moyenne : comporte les plus petits os du corps humain. Cette chaîne s’appelle la chaîne des osselets : ils sont au nombre de 3 : le marteau (maleus), l’enclume (incus) et l’étrier (stapes). La vibration du tympan engendre une vibration des osselets, permettant ainsi de transmettre l’information mécanique à l’oreille interne.

L’oreille interne : se compose de la cochlée et du vestibule. Le vestibule est l’organe responsable (en majorité) de l’équilibre. La cochlée est l’organe responsable de l’audition. Elle permet de traduire les vibrations acoustiques en message électrique.

Une fois le message codé en message nerveux, l’information sonore parvient au cortex auditif grâce aux voix nerveuses. Le cortex auditif pourra ainsi, lorsque son fonctionnement est bon, déterminer le type de son, sa localisation, et déchiffrer l’information verbale le cas échéant.

Les types de pertes auditives, appelées également surdités :

Une surdité peut avoir beaucoup d’impact sur la qualité de vie d’une personne. En effet, un(e) malentendant(e) peut finir par s’isoler socialement du fait des difficultés ressenties pour comprendre un(e) interlocuteur(trice).

Parmi les différents types de surdités, nous relevons principalement :

Les surdités de transmission : peuvent être dues à un problème situé dans l’oreille externe comme bouchons de cérumen, exostoses trop importantes, malformations du tympan… mais l’oreille moyenne peut aussi être en cause car une anomalie au niveau de la chaîne des osselets ou une otite d’oreille moyenne peuvent également être responsables d’une perte auditive.

Les surdités neurosensorielles : concernent l’oreille interne et/ou les voies auditives nerveuses : une défaillance des cellules ciliées internes et/ou externes de la cochlée peut engendrer une baisse d’audition et/ou de compréhension.

Les surdités mixtes : sont un mélange des deux types de surdités présentées ci-dessus.


Les degrés de surdité :

Après avoir défini le type de surdité, il est nécessaire d’en déterminer le degré d’importance.

Les pertes auditives peuvent être :
légères (perte auditive de 20 à 40 dB),
moyennes (perte auditive de 40 à 70 dB),
sévères (perte auditive de 70 à 90 dB),
profondes (perte auditive de 90 à 120 dB).

Le calcul s’effectue comme ceci : somme des résultats en dB à 500, 1000, 2000 et 4000 Hz divisée par 4.

La presbyacousie :

La presbyacousie est la perte auditive la plus répandue.

En effet, cette perte concerne majoritairement les personnes âgées de 65 ans et plus.

Les premiers symptômes sont : la difficulté de compréhension en environnement bruyant, difficulté de compréhension des voix faibles ou voix d’enfants, difficulté à entendre certains oiseaux, à localiser certains sons, etc.

Elle se caractérise par une baisse auditive qualifiée en pente de ski puisqu’elle débute généralement aux fréquences moyennes puis est de plus en plus importante lorsque le son est aigu.

Elle se corrige très bien grâce à des appareils auditifs, cependant plus tôt elle sera prise en charge, plus facile sera la réhabilitation auditive.

Les acouphènes :

Les acouphènes sont des sons perçus par la personne qui en souffre mais inaudibles pour autrui.

Ils peuvent se traduire par un sifflement, un bourdonnement, peuvent être pulsés ou continus, etc.

Plusieurs origines sont possibles : traumatisme sonore, méningite, traumatisme articulaire ou vasculaire, bouchon de cérumen, etc.

Il est important d’aller consulter un(e) Oto-rhino-laryngologiste (ORL) pour s’assurer qu’aucune pathologie grave n’est en cause lorsque l’acouphène survient brutalement.

Ils peuvent être pris en charge de multiples façons : appareil(s) auditif(s), relaxation, etc.

En cas de détresse psychologique, et en attendant votre consultation chez un(e) ORL, vous pouvez vous rendre sur le site de l’association France Acouphène : http://www.france-acouphenes.org . Vous y trouverez des conseils et du soutien.

L’hyperacousie :

L’hyperacousie est une pathologie qui se caractérise par une perception des sons plus forts que ce qu’ils ne sont.

Elle peut se prendre en charge. Pour cela, une consultation chez l’ORL est indispensable. Par la suite, plusieurs stratégies sont possibles et sont à définir avec l’ORL et l’audioprothésiste.